A.D.N – l’Âme de la Terre, de Thierry OBADIA

A.D.N  l’Âme de la Terre, en avant première le 13 août à Toulouse, au cinéma CGR de Blagnac (31), en présence de Michel Jonasz et l’équipe du film…

Thierry OBADIA aime à rassembler les gens qui lui ressemblent, des gens avec de l’instinct, de l’affect, dotés d’une belle énergie, d’une générosité contagieuse … parce que lui même est comme cela. Il a le goût de l’authentique, des choses simples, de la vraie vie. Enfant, il arpentait parfois les rues un peu trop sombres de son village ainsi que les campagnes environnantes. Une manière sans doute de goûter à cette liberté nécessaire à l’envol, celui qui forge l’expérience et fait toucher du doigt l’essentiel en chaque chose. C’est là qu’il a appris à  jouer avec des petits riens, à se construire par le biais de rencontres, avec l’appui de sa famille, à gagner en confiance, a défier ou braver les dangers, se lancer dans de nouveaux challenges, aguerri par la meilleure des écoles : celle de la rue, l’école de la Vie. Rien n’existe sans confiance intérieure, sans laisser au destin sa part de bienveillance. Copie de ADN AFFICHECet élève  indiscipliné, indépendant, rebelle,  s’est inventé des rêves, ceux qui entraînent dans la spirale des émotions, ceux qui sont l’essence même du destin que l’on trace, animé par ce désir d’aller plus loin, de mettre du bleu dans un ciel un peu trop pâle, de courir ailleurs en quête de bonheur.

Thierry OBADIA  aime à se définir comme l’artisan du cinéma et de la musique. Il invente, transcende, crée de toute pièce, porté par une indestructible énergie et sa fibre artistique exacerbée. Il se nourrit de cette sensibilité qui l’habite et dont il fait sa force. Ces émotions en roue libre le transportent et prennent la forme d’une mélodie ou d’un scénario.

Le cinéma il connaît, il y a déjà goûté dans ses jeunes années. A 17 ans, Thierry OBADIA faisait une apparition sur les écrans dans « Les enfants de Lascaux » aux côtés de Benoit Magimel.

En 2009, on le découvre au festival de Cannes comme réalisateur. Il y présente « LISA », un film à très petit budget et même considéré comme le film le moins cher du cinéma. Il fait salle comble au Martinez. LISA c’est l’histoire d’une jeune fille qui se fait attaquer, non pas par des voyous mais par des « hommes en cols blancs »… « LISA » est à son image, touchante et sincère. Le drame, la spychologie, le suspense sont au rendez-vous et absorbent le spectateur. La critique l’accueille avec intérêt, Le Figaro y voit même « Un ovni sur la croisette qui a su retenir son public. Un thriller attachant et particulier. » Le Film Français salue le peu de moyen et la performance « Le pari fou et réussi de Thierry Obadia. Avec 13.000 €, le cinéma Français lui doit le long métrage le moins cher de son histoire. » Pour « LISA », Thierry OBADIA signe la musique du film avec Jérôme BEAUDOUI. L’ingénieur du son est Bruno MYLONAS bien connu de certains JARRE, LAVILLIERS… Car Thierry OBADIA est aussi musicien. Cette complétude s’inscrit dans une logique, celle qui  anime son âme depuis l’enfance.

Suivent La Vallée des Anges le dernier court métrage de Thierry, retenu au Short Film Corner 2012 et A.D.N. l’Âme de la Terre, sélectionné aux USA au « Woodstock Film Festival 2013 » avec une sortie en salles le 13 août 2014 au cinéma Mega CGR de Toulouse – Blagnac (31). Voir la bande annonce

Pour ce film, Thierry OBADIA a choisi de tourner en Midi-Pyrénées, pour sa nature verdoyante, en contraste avec l’ocre tunisien où il a également posé sa caméra. En effet,  la Tunisie lui a ouvert ses portes et offert ses paysages, notamment à Tozeur, le canyon qui a servi au tournage de Star Wars… Et le producteur Tarack Ben Ammar (La passion du Christ de Mel Gibson) ou encore (Black Gold avec Antonio Banderas…) a été séduit par l’histoire du réalisateur Toulousain, celle d’un jeune Garçon, Akim, doté d’une capacité à guérir les gens. Bientôt, son ADN  unique sera convoité par un laboratoire pharmaceutique. Il n’aura pas d’autre choix que celui de se défendre…

L’histoire pourrait ressembler à un conte poétique mais nous renvoie à un essentiel de vie, soulève des questionnements sur nos valeurs, notre rapport à autrui, notre société et ses dérives, l’appât du gain, sur  l’amour, la solidarité et la transmission.  Que faisons-nous de cet héritage ancré dans notre chair, de nos capacités, que voulons-nous et que laisserons-nous demain derrière nous… « L’histoire pourrait paraître convenue, mais bien que le cinéma nous ait souvent opposé la charitable tradition à la dévoreuse modernité, il est curieusement muet en ce qui concerne les abus des groupes pharmaceutiques dont les scandales font pourtant régulièrement la une des médias ». Le sujet est engagé et interroge.

Capture03La qualité de l’image est à la hauteur des meilleures productions et la photographie restitue la passion, la sensibilité, la patience, la curiosité, l’abnégation, autrement dit toutes ces qualités qui témoignent de la maîtrise nécessaire à la réalisation des images que vous souhaitez obtenir.
La bande originale, omniprésente tout au long de l’oeuvre, nous rappelle que le Toulousain est aussi compositeur. Sans oublier l’acteur et sa remarquable interprétation de William, l’ami muet d’Akim, personnage un peu bourru mais particulièrement attachant. Et quel plaisir de retrouver à l’écran des acteurs comme Michel Jonasz, Philippe Nahon ou Albert Delpy.

On connaît l’importance de l’ADN  dans le cycle de la vie et son rôle en tant que messager du temps. Alors que peut-on souhaiter de mieux à Thierry OBADIA ! par Nicole Morgan

Liens

FACEBOOK

LES PLACES POUR LE FILM A.D.N SONT EN VENTE https://www.cgrcinemas.fr/blagnac/reserver/F57931/D1407952800/VF