A lire sans modération : Plaisirs cuisinés ou poisons cachés

Par Christian Moretto journaliste à Radio Occitanie et TV SOL

Gilles-Eric Séralini professeur à l’université de Caen en biologie moléculaire, chercheur sur les effets des pesticides, de différents polluants et des OGM sur la santé, s’est associé à Jérôme Douzelet administrateur du GRIIGEN, représentant des professions de la restauration et surtout Chef cuisinier « nature et bio » pour écrire « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » paru chez Actes Sud. L’ouvrage vient de recevoir le prix Chapitre Nature de l’Essai 2015.

plaisirsAvec son équipe, Gilles-Eric Séralini a prouvé la toxicité des OGM et du Roundup sur les rats en menant des études sur deux années. Il a également découvert les poisons qu’ingurgitent les rats de laboratoire dont se servent les transnationales pour déclarer leurs pesticides et leurs OGM comme non toxiques pour l’espèce humaine, comme bien d’autres produits chimiques qu’ils commercialisent. Le chercheur précise « Nos travaux montrent que le glyphosate n’est pas le Roundup, car il contient des composés encore plus toxiques qui sont cachés et classés confidentiels et inertes par les transnationales. Nous avons montré qu’ils étaient jusqu’à mille fois plus toxiques que le glyphosate. Cela a une action non seulement sur les cellules humaines, mais aussi sur les rats, les abeilles et sur l’environnement en général, ce sont des « adjuvants » corrosifs».

Cuisiner des produits vivants

Le chef cuisinier Jérôme Douzelet défend et propose une cuisine qu’il qualifie de « Vivante, nature et bio ». Au Mas de Rivet, à Barjac dans le Gard avec son équipe familiale, il cultive maintenant son jardin écologique et des réseaux de proximité de fournisseurs de de grande qualité. « Nous nous sommes demandés ce qu’il y avait dans l’alimentation à travers le monde comme polluants et pourquoi nous devions éviter l’alimentation industrielle. Des alternatives existent et beaucoup de personnes commencent à le savoir, à la fois pour se détoxifier, mais aussi pour changer d’arômes, de plaisirs, de cuisine avec une agriculture qui propose des produits de qualité » raconte Gilles-Eric Séralini.

Les deux auteurs de « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » paru chez Acte Sud nous expliquent pourquoi notre manière de produire et de consommer nos aliments conditionne un véritable choix de société.

 

Liens :
Plaisirs cuisinés ou poisons cachés (Actes Sud)
Dialogue entre un chef et un scientifique
GILLES-ÉRIC SÉRALINI
JÉRÔME DOUZELET
COLIBRIS – DIRECTEUR D’OUVRAGE
JEAN-MARIE PELT – PRÉFACIER