Anne Buisson, son combat contre l’exclusion des enfants autistes

Le 2 avril c’était la journée bleue. Le 2 avril, c’était la journée de l’autisme. Le 2 avril, c’était l’occasion de venir supporter une cause, pour faire bouger les choses, et améliorer le quotidien de milliers d’autistes !
Anne Buisson, fondatrice de l’association et mère concernée avant tout, témoigne de son expérience sur la Chaîne du Coeur
Anne Buisson, cette femme débordante d’énergie, est de celles qui forcent le respect et l’admiration. Mère de quatre enfants, dont trois atteints d’autisme ; elle a décidé de se battre avec et pour toutes les familles concernées par l’autisme au quotidien.

Comme beaucoup de parents, elle traverse avec son mari un véritable parcours du combattant pour trouver des prises en charge adaptées et emmener ses enfants sur les bancs de l’école. Sur son chemin, elle rencontre des professionnels dont l’enthousiasme et la détermination lui permette bientôt de constater d’incroyables progrès chez son fils et ses deux jumelles.
Parmi ces professionnels ; la psychologue clinicienne Vanessa Laguardère. Elle accepte d’accompagner Anne dans la création de l’association « Sur les bancs de l’école ».

L’objectif est à la fois d’amener l’enfant vers l’autonomie en passant par une scolarisation en milieu ordinaire mais aussi d’accompagner la famille.
L’association cherche à leur offrir des réponses face aux différentes difficultés qu’ils rencontrent (financières, sociales, psychologiques, administratives…).

Et le travail ne manque pas… En effet, les familles se trouvent bien souvent désemparées. Le constat est aussi simple qu’alarmant : 80% des enfants atteints d’autisme ne sont pas scolarisés.
Il y a 600 000 autistes en France, autant que le nombre d’élus ! Il est grand temps de mobiliser tous les députés et sénateurs afin que chacun d’entre eux parraine individuellement le parcours d’une personne autiste et veille à son parcours éducatif et social, à la formation professionnelle, son accès à l’emploi et à une vie digne.

L’actrice Leïla Bekhti, frappée par ces chiffres, a décidé de rejoindre Anne sur le terrain, en devenant marraine de l’association, pour donner plus de voix à son combat.