Chryssa Katsanis, une artiste pluriculturelle

La création artistique entretient la part de mystère de celui qui en est animé, car elle est unique et vibratoire. L’acte créatif est un prolongement de soi dans la part intime, un révélateur de nos émotions, de ce qui nous anime, de ce qui nous transporte mais aussi du regard porté sur le monde qui nous entoure. La vie nous façonne lentement au gré de ses hauts et de ses bas, le temps nous malaxe comme on malaxe la glaise et nous sculpte pour faire de nous ce que nous sommes. L’artiste sublime-t-il la réalité ou est-il juste porté par l’envie de la restituer à sa manière, de la transcender et de la partager ? Mais cet acte de partage va assurément bien au-delà de la fabrication.

Ce qui intrigue et interpelle c’est de savoir par quel processus passe l’artiste dans son acte de création, par quoi est-il animé, quels sont les éléments de sa vie qui orientent ses choix, son expression. L’artiste serait-il un anti-conformiste ? L’art serait-il  une déambulation mentale quasi méditative ? Mais être artiste c’est-ce pas tout simplement être passionné, entretenir le contact avec le monde, être raccord avec son âme,communiquer avec le cœur et ajouter de la couleur à la vie.

C’est le cas de Chryssa Katsanis, un nom qui exhale un parfum de mer Egée, et pourtant derrière ce nom à consonance grecque se cache une éducation pluriculturelle très atypique, bercée entre pays breton, îles grecques et terre africaine « Mes créations sont des outils pour partager mes origines plurielles, elles m’ont donné une ouverture sur le monde, la culture… »  Qui dit culture dit connaissance de l’autre, fléchissement des préjugés, naissance des possibles.

7pochettesMars2015©chryssaSignes, symboles et graphisme africain

Difficile de qualifier cette artiste qui flirte entre graphisme, design et artisanat, tant au niveau de ses créations de bijoux que celui de toutes sortes d’accessoires aux couleurs chatoyantes sur fond de signes, symboles et graphismes qu’elle aime à conjuguer au gré des secrets qu’ils abritent. Autant de témoignages de la culture congolaise qui l’a bercée depuis l’enfance, des artistes africains à l’origine des motifs qui subliment ces tissus et des messages que chacun d’eux nous livre.

Des motifs qui racontent des histoires

Les tissus africains nous racontent des histoires de vie. Chryssa Katsanis connaît leurs mystères et nous les fait partager. Elle en a fait sa matière de prédilection. « Lorsque je crée, je réfléchis au produit, à son utilité, je ne me focalise pas uniquement sur son esthétisme. Il faut qu’il soit pratique, qu’il ait de l’ergonomie et soit  en correspondance avec le motif et le message qu’il véhicule.

la fouleAinsi par exemple, « La foule », est un des tissus africains, que j’ai toujours adoré et celui qui vraisemblablement déclenché chez moi cette envie de créer à partir de ces pagnes que je collectionne. Ce pagne serait inspiré de l’une des peintures d’un artiste de l’école de  peinture  de poto poto (1).
J’ai commencé par travailler en intégrant ces tissus dans mes toiles et en travaillant sur leur symbole et leur symbolique. En effet, les tissus africains appelés « pagnes » portent des noms et des symboles, Ils se nomment par exemple « l’oeil de ma rivale », «ton pied mon pied », « si tu sors je sors », ils sont représentatifs aussi de période historique (Barack Obama, pagne électoral de Denis Sassou N’guesso, amitié franco gabonaise….) Aussi, le pagne va au-delà du simple aspect vestimentaire. Il véhicule des messages, des messages liés à l’usage, des messages émis par les motifs imprimés et ceux liés aux circonstances.

Des créations uniques

Boucles2015-1©Chryssa2De la période d’incubation à la réalisation il y a à l’évidence chez Chryssa comme un goût prononcé de transmission, permettant à ceux qui se sentent portés par la découverte de contrées lointaines de s’approprier cet ailleurs et d’en intégrer les coutumes. Les créations de bijoux, les accessoires colorés de Chryssa Katsanis se déclinent en toutes sortes de messages auxquels elle aura à cœur de vous initier. « Les couleurs, les motifs sont des mots par-delà le langage, ils ont un rapport à l’autre, à l’image, à son unicité ».

Ainsi vous pourrez, si vous le souhaitez, lui commander une pièce unique. Il est vrai que l’art, par les émotions qu’il suscite, nous nourrit et nous parle.

Nous «communions» par l’art, aussi bien grâce aux forces de l’inspiration quand nous travaillons, que grâce aux humains que nous rencontrons et qui éprouvent ces forces à travers notre travail. Communier aux autres, c’est se syntoniser sur le monde le cœur ouvert, chose qui est impossible si nous ne pensons qu’à nous.» Julia Cameron

 

(1) L’école de peinture poto poto a été fondée par le français Pierre Lods en 1951, et elle a acquis en plus d’un demi-siècle d’existence une renommée qui dépasse les frontières du Congo et même de l’Afrique toute entière. Aujourd’hui la structure moderne, ouverte au vent, abrite à la fois un lieu de formation et une coopérative d’artistes du sérail qui conseillent à leur tour les peintres en herbe.

 

Lien site de Chryssa Katsanis