L’actu « at a glance » (uk/fr)

ukflag french flag
Corporate Social Responsibility (CSR) and social economy in Europe 2020 strategy / L’ESS dans la stratégie Europe 2020

The EU still being mainly an economically driven project, expectations for the new economic strategy were therefore extremely high. How could the EU address the current crisis in a pragmatic way, but also pave the way for the future, and take stock of the Lisbon failures ?

A global and more social policy
As presented by the European Commission on March 3 and adopted by the European Council at the Spring Summit, the main objective of the Europe 2020 strategy is to bring together the economic, social and environmental agendas of the EU in a more structured and coherent way. The idea is to mainstream some fundamental political objectives both at EU level (through the use of funding programmes and policy initiatives), as in the context of EU driven national reforms. The 2020 strategy aims at enhancing policy synergies and, at the same time, reinforcing the European integration process by offering a stronger vision and governance model.

Europe 2020 is subtitled ‘A European strategy for smart, green and inclusive growth’. The EC’s proposal is to continue to promote EU growth based on knowledge and innovation, aiming at high-employment, but still delivering social cohesion, and in a sustainable perspective (both in competitive and environmental terms).

If the Corporate Social Responsibility (CSR) is not clearly mentioned in the nine EU flagship initiatives, it may, by its values and characteristics – solidarity, innovation, diversity of industries, potential for job creation … – be part of each of the initiatives to serve a smart, sustainable and inclusive economy, especially as the CSR is one of the few sectors to withstand the economic crisis.

Policies and actions
In addition to measurable targets, the 2020 strategy also introduces a series of actions and policies grouped under three main headings: smart growth, green growth, and inclusive growth.

The 9 EU flagship initiatives proposed by the Commission are the following:
1) ‘Innovative Union’
2) ‘Youth on the Move’
3) ‘A Digital Agenda for Europe’
4) a ‘Low-carbon, resource efficient Europe’
5) ‘Clean and efficient energy’
6) ‘An industrial policy for the globalization era’
7) ‘A New Jobs Agenda’
8) ‘New skills for New Jobs’
9) a ‘European Platform against poverty’

Promote the development of all the families of the social economy
On the occasion of a conference organized by the European Economic and Social Committee (EESC) on October 1st 2014, representatives of the CSR have raised expectations for the future for a Social Economy in EU policies, including by renewing the social economy representatives in the European Parliament, and by strengthening coordination among the various units dealing with the social economy in the European Commission.

Beyond the recognition the social economy enjoys in the European institutions, representatives support the implementation of an action plan for the development of this sector, not only limited to individual and social entrepreneurship. They also want to develop a clear roadmap leading to a European status for foundations, cooperatives and nonprofit organizations, which are historically belonging to the Social Economy field.

Five measurable targets
The strategy lays out five targets to be achieved by the European Union by 2020:
–    a 75% employment rate for the 20-64 age group;
–    a 3% investment rate in Research and Development;
–    20/20/20 climate and energy targets (the reduction of greenhouse gas emissions by at least 20%, a share of final energy consumption coming from renewable energy sources increased to 20%, and an energy sufficiency of 20%);
–    an improvement of education levels (a reduction of school drop-out rates, and an increased share of the population having completed tertiary or equivalent education);
–    a promotion of social inclusion including a reduction of poverty.

If the first three targets were already the drivers of the Lisbon strategy, and were therefore adopted without major debate by the Member States, the education and social objectives are new, and were not attributed measurable targets yet. If commentators agree that future plans for EU’s growth cannot ignore a common agenda in the fields of education or social protection, our governments are still extremely reluctant to let the EU drive their policies in those domains. Indeed, in the education and social fields, competences remain at national level – and sometimes regional, such as in Germany for education. In addition, educational and social starting points are very uneven depending on the country, and some governments are therefore very reluctant to agree on binding common targets that could be a lot more difficult to attain for some countries than others.

Member States are supposed to define the education and social targets at the next European Council on 17-18 June, and this discussion will certainly be the first main test of the real will of Member States to invest the European project with more than just economic interests.

Recognition of social economy in Europe
Countries where the social economy concept is widely accepted are Spain, France, Portugal, Belgium, Ireland and Greece. In these countries the concept of social economy enjoys maximum recognition from public authorities and the academic and scientific communities, as well as in the area of social economy itself. The first two countries that stand out are France – birthplace of the concept – which passed its CSR law (ESS) in july 2014 and Spain which approved the first European national law on the social economy in 2011.

Countries where the concept of social economy has an average level of acceptance are Italy, Cyprus, Denmark, Finland, Luxembourg, Sweden, Latvia, Malta, Poland, United Kingdom, Bulgaria and Iceland. In these countries, the concept of social economy coexists with other concepts such as the Voluntary sector and social enterprises. In the UK, the concept of social economy is under-recognized, even as the government pursues a policy of support for social enterprises.

Countries where the concept of social economy is not recognized or in its infancy are Austria, the Czech Republic, Estonia, Germany, Hungary, Lithuania, the Netherlands, Slovakia, Romania, Croatia and Slovenia. This category mainly includes the Germanic countries and those that have joined the EU in the last wave of enlargement. Related concepts belonging to voluntary sector and non-governmental organizations have a greater recognition.

In the 2020 paper, the Commission is still vague in describing the tools and programmes the Commission can use to attain the stated objectives.

Governance
The last important element of the Europe 2020 strategy is the reform of the governance model that had been heavily criticized in the context of the Lisbon strategy, and blamed as one of the main reasons for its failure.

So, in governance terms, the 2020 strategy introduces two important innovations :
–    the European Council is now clearly in charge of driving the process, on the basis  of Commission’s proposals;
–    and the European Commission has a new capacity to issue ‘policy warnings’ if a Member State fails, after a number of notifications and at the end of an agreed time-frame, to deliver on objectives (this new European competence was introduced by the article 121.4 of the new Lisbon treaty).

The reporting system on the Member States’ efforts to achieve the 2020 targets will also be better coordinated with the Stability and Growth Pact  reporting system, dealing with the legally binding obligation for Member States to report on their reforms in the domains of macroeconomics and public finances. If the two processes will still remain separate, those almost simultaneous reporting procedures will hopefully push Member States to better coordinate their macroeconomic reforms with the thematic initiatives expected to be driven by the 2020 strategy.


   L’ESS dans la stratégie Europe 2020

L’UE étant encore principalement axée sur un projet économique, les attentes pour la nouvelle stratégie économique étaient donc extrêmement élevées. Comment l’UE pourrait-elle répondre à la crise actuelle de façon pragmatique, tout en préparant l’avenir, et faire le point sur les échecs de Lisbonne?

Une politique globale et plus sociale
Tel que présenté par la Commission européenne le 3 Mars et adopté par le Conseil européen lors du sommet du printemps, le principal objectif de la stratégie Europe 2020 est de rassembler les programmes économiques, sociaux et environnementaux de l’UE d’une manière plus structurée et cohérente. L’idée est d’intégrer certains objectifs politiques fondamentaux tant au niveau de l’UE (par le biais de programmes de financement et initiatives stratégiques), que dans le contexte des réformes nationales menées par l’UE. La stratégie 2020 vise à améliorer les synergies en matière de politique et, en même temps, le renforcement du processus d’intégration européenne en offrant une vision et un modèle de gouvernance plus forte.

Europe 2020 défend «Une stratégie européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive». La proposition de la CE est de continuer à promouvoir la croissance de l’UE fondée sur la connaissance et l’innovation, visant un taux d’emploi élevé, tout en s’appuyant sur la cohésion sociale, dans une perspective durable (tant en termes de concurrence que d’environnement).
Si l’ESS n’est pas clairement citée dans les neuf initiatives phares de l’Union européenne, elle peut, par ses valeurs et ses caractéristiques – solidarité, innovation, diversité des secteurs d’activité, fort potentiel de création d’emplois … – s’inscrire dans chacune des initiatives au service d’une économie intelligente, durable et inclusive, d’autant que l’ESS est un des rares secteurs à bien résister à la crise.

Politiques et actions
En plus des objectifs mesurables, la stratégie 2020 introduit également une série d’actions et de politiques regroupées sous trois rubriques principales: une croissance intelligente, une croissance verte, et la croissance inclusive.
Les neuf initiatives phares de l’UE proposées par la Commission sont les suivantes:
1) «Union innovante»
2) «Jeunesse en mouvement»
3) «Une stratégie numérique pour l’Europe»
4) un «faible teneur en carbone, Europe économe en ressources »
5) «énergie propre et efficace »
6) «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation»
7) «Programme de nouveaux emplois»
8) «Des compétences nouvelles pour des emplois nouveaux»
9) une «Plate-forme européenne contre la pauvreté»
Favoriser le développement de toutes les familles de l’économie sociale

A l’occasion d’une conférence organisée par le Conseil économique et social européen (CESE) le 1er octobre 2014, des représentants de l’économie sociale ont exprimé leurs attentes pour le futur de l’économie sociale dans les politiques européennes, en renouvelant notamment l’intergroupe sur l’économie sociale au sein du Parlement européen, et en renforçant la coordination entre les différentes unités traitant de l’économie sociale au sein de la Commission européenne.
Au-delà de la reconnaissance dont bénéficie aujourd’hui l’économie sociale au sein des institutions européennes, ses représentants soutiennent la mise en place d’un plan d’action pour le développement de ce secteur, ne se limitant pas à l’entrepreneuriat social individuel. Ils souhaitent également l’élaboration d’une feuille de route claire pour les travaux devant mener à un statut européen pour les fondations, mutuelles et associations, qui constituent historiquement le champ de l’économie sociale.

Une stratégie en Cinq objectifs mesurables
La stratégie énonce cinq objectifs à atteindre par l’Union européenne d’ici 2020:
– Un taux d’emploi de 75% pour le groupe d’âge 20-64 ans;
– Un taux de 3% d’investissement dans la recherche et le développement;
– 20/20/20 objectifs climatiques et énergétiques (la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20%, une part de la consommation finale d’énergie provenant de sources d’énergie renouvelables est passée à 20%, et d’une autosuffisance énergétique de 20%);
– Une amélioration des niveaux de formation (une réduction des taux d’abandon scolaire, et une part accrue de la population ayant achevé un cursus universitaire ou équivalent);
– Une promotion de l’inclusion sociale, y compris une réduction de la pauvreté.

Si les trois premiers objectifs faisaient déjà partie de la stratégie de Lisbonne, et avaient été adoptés sans débat majeur par les États membres, l’éducation et les objectifs sociaux sont quant à eux nouveaux et ne font pas encore l’objet d’objectifs mesurables. Si les commentateurs s’accordent sur le fait que les futurs plans en faveur de la croissance de l’UE ne peuvent ignorer dans le programme commun les domaines de l’éducation ou de la protection sociale, nos gouvernements sont encore très réticents pour laisser l’UE conduire les politiques d’application dans ces domaines. En effet, dans l’éducation et les domaines sociaux, les compétences relèvent du national – et parfois du régional, comme en Allemagne pour l’éducation. En outre, les aspects éducatifs et sociaux sont très variables selon les pays, et certains gouvernements sont de fait très réticents pour s’accorder sur des objectifs contraignants communs, car beaucoup plus difficiles à atteindre pour certains pays que pour d’autres.
Les États membres sont censés définir l’éducation et des objectifs sociaux lors du prochain Conseil européen les 17-18 Juin, et cette discussion sera certainement le premier vrai test sur la volonté réelle des États membres à investir le projet européen avec plus que des intérêts purement économiques.

Reconnaissance de l’économie sociale en Europe
Les pays où le concept d’économie sociale est largement admis sont l’Espagne, la France, le Portugal, en Belgique, L’Irlande et la Grèce. Le concept d’économie sociale y jouit d’une reconnaissance maximale auprès des autorités publiques et du monde universitaire et scientifique, de même que dans le secteur de l’économie sociale lui-même. Les deux premiers pays qui se distinguent sont la France – berceau du concept – qui a adopté sa loi ESS en 2014 et l’Espagne qui a approuvé la première loi nationale européenne sur l’économie sociale en 2011.

Les pays où le concept d’économie sociale présente un niveau d’acceptation moyen sont l’Italie, Chypre, le Danemark, la Finlande, le Luxembourg, la Suède, la Lettonie, Malte, la Pologne, la Royaume-Uni, la Bulgarie et L’Islande. Dans ces pays, le concept d’économie sociale coexiste avec d’autres concepts tels que celui de secteur associatif, de secteur bénévole ou d’entreprises sociales. Au Royaume-Uni, le concept d’économie sociale est peu reconnu, alors même que le gouvernement mène une politique de soutien aux entreprises sociales.

Les pays où le concept d’économie sociale en est à ses balbutiements ou encore inconnu sont l’Autriche, la République tchèque, l’Estonie, l’Allemagne, la Hongrie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Slovaquie, la Roumanie, la Croatie et la Slovénie. Cette catégorie comprend principalement les pays germaniques et ceux qui ont adhéré à l’UE lors de la dernière vague d’élargissement. Les concepts connexes de secteur associatif, du secteur bénévole et d’organisations non gouvernementales jouissent par contre d’une plus grande reconnaissance.
Dans le document 2020, la Commission reste vague dans sa description des outils et des programmes pour atteindre les objectifs fixés.

Gouvernance
Le dernier élément important de la stratégie Europe 2020 est la réforme du modèle de gouvernance qui avait été fortement critiqué dans le contexte de la stratégie de Lisbonne, et accusé d’être l’une des principales raisons de son échec.
Donc, en termes de gouvernance, la stratégie 2020 introduit deux innovations importantes:
– Le Conseil européen est désormais clairement en charge de la conduite du processus, sur la base des propositions de la Commission;
– Et la Commission européenne a une nouvelle capacité d’émettre des «avertissements» si un État membre échoue, après un certain nombre de notifications et à la fin d’un délai convenu, pour atteindre les objectifs (cette nouvelle compétence européenne avait été introduite par le l’article 121.4 du nouveau traité de Lisbonne).
Le système de rapports sur les efforts des États membres pour atteindre les objectifs de 2020 sera également mieux coordonné avec le système d’informations sur le Pacte de stabilité et de croissance, qui traite de l’obligation juridiquement contraignante pour les États membres de faire un rapport sur leurs réformes dans les domaines de la macroéconomie et des finances publiques. Si les deux processus ont toujours été séparés, ces procédures demeurent presque simultanées, et doivent pousser les États membres à mieux coordonner leurs réformes macroéconomiques avec les initiatives thématiques qui font partie de la stratégie 2020.