Les Crocs malins « des maîtres responsables, des chiens citoyens et heureux »

Choisir un animal est un engagement à prendre avec sérieux et réflexion, à l’écart de toute précipitation. Ce n’est ni un jouet, ni un gadget, mais un être vivant qui demandera toute notre attention, amour et soin. Certaines personnes choisissent les chiens parce qu’elles les trouvent adorables ou drôles, d’autres les achètent  sur un coup de tête, mais fort heureusement la majorité adopte un animal avec l’intention d’en faire non seulement un animal de compagnie mais aussi de lui offrir un espace de vie chaleureux et de le rendre heureux, tout simplement.

Un chien, selon la race, partagera notre existence pendant une bonne quinzaine d’années. Alors sommes-nous sûrs que le tempérament du chien que nous voulons adopter s’adaptera bien à notre style de vie, à notre personnalité ?  Inutile, par exemple, d’acheter un chien qui a besoin de beaucoup d’exercice si nous vivons en appartement ou considérons les balades comme une corvée. Nous finirons tous les deux malheureux et frustrés. Donc réfléchissons bien avant d’adopter notre animal. Correspond-il à notre tempérament, va t-il vivre dans  un espace qui lui convient ? Sera-t-il heureux ? Qu’attendons-nous de lui ? Et quelle éducation comptons-nous lui donner ? Que comptons-nous faire pour qu’il soit épanoui ?
Le chien est un animal social, ces ancêtres vivaient en groupes organisés. En l’adoptant nous devenons sa meute, et dans toute meute il faut un chef, alors saurons-nous être ce chef sur lequel notre animal va pouvoir compter, avec lequel il se sentira en sécurité et compris ?
S’il est souvent admis que l’animal doit s’adapter à sa nouvelle famille, il est moins ancré dans les esprits qu’être un bon maître s’apprend. Un chien bien éduqué est un animal équilibré et heureux. De même qu’un maître bien éduqué est un maître également heureux.

Il existe des centres canins à visée pédagogique mais tous n’ont pas la même approche, la même éthique ou philosophie de fonctionnement. Certains pratiquent l’agility, d’autres éduquent avec des méthodes plutôt drastiques voire punitives, mais parmi il y en a qui choisissent une relation fondée sur la confiance et la compréhension mutuelle.

L’association des Crocs Malins, à Toulouse, défend une option devenue le slogan de l’association « Des maîtres responsables pour des chiens citoyens et heureux ». Les Crocs malins se démarquent surtout par leur état d’esprit et se définissent comme étant résolument tournés vers le partage, la convivialité, l’aspect ludique, la solidarité, le bien-être de tous et bien sûr la socialisation des chiens et la formation des maîtres. Dans leur charte il est clairement noté  que « Chaque adhérent doit être un artisan de la vie du club. Chacun peut faire partager ses connaissances et ses compétences ».

E-Volutions Mag les a rencontrés pour mieux comprendre leur approche et comment tout un chacun peut vivre avec son animal une relation heureuse et épanouissante de manière partagée.

Qu’est-ce qu’un maître responsable  et des chiens citoyens et heureux ? 

On voit trop de chiens stigmatisés et victimes d’à priori, tout est prétexte à les évincer des lieux sociaux, publics. On les interdit dans bien des endroits, des jardins, des plages, et la ville ne les accueille pas vraiment. Ils sont marginalisés. Rendre un chien citoyen c’est faire en sorte que le chien ait sa part dans la ville et sensibiliser les maîtres à leurs propres comportements qui peuvent être source de marginalisation.  C’est cela un chien citoyen. Quant au maître responsable, il fait attention car le chien lui fait confiance les yeux fermés.

On dit tel maître, tel chien, est-ce vrai ?
Chacun va essayer d’éduquer son chien selon sa propre attente. Il n’y a pas d’éducation standard. Un maître fait l’éducation de son chien en fonction de ce qu’il attend de lui. Le chien s’adapte à son maître et vice-versa. Nous n’avons pas tous les mêmes attentes, ni les mêmes seuils de tolérance face à ce qui est insupportable ou intolérable.

Dans votre association on éduque à la fois les maîtres et les chiens, en quoi est-ce important ?
Nous enseignons au maître à communiquer, à comprendre son chien et à se faire comprendre de son chien. Les conseils sont spécifiques  à chaque animal et en fonction des maîtres, des attentes. On lui enseigne tout ce qu’il soit savoir pour avoir les clés de base, c’est une approche très personnalisée. Il faut former un clan avec son chien, le maître reste le référent mais le chien doit être capable de vivre en société. Le chien est une éponge à émotions, il absorbe toutes les émotions du maître. Le chien se réfère à quelqu’un de régulier, qui se montre juste et qui représente la protection, le chef de meute.

Quelle est la meilleure manière d’éduquer son chien ?
Un chien doit avoir confiance en son maître. Un chien qui écoute par peur est potentiellement dangereux et imprévisible. La meilleure méthode est celle qui bannit la brutalité. On doit tisser un lien de confiance. Un chien qui a confiance suivra son maître jusqu’au bout du monde. Concernant l’éducation, le mieux est  de commencer le plus tôt possible dès l’âge de 2 mois pour qu’il puisse continuer à développer tous les codes canins.  Il apprend mieux avec les autres chiens. Il apprend la hiérarchie, est confronté à toutes les espèces et apprend qu’il y a d’autres races que lui. Un chiot est demandeur. Plus tard c’est possible mais plus difficile. Ceci étant on peut éduquer un chien à tout âge.

Chez les Crocs malins on observe une grande mixité canine, peut-on la rapprocher de la mixité sociale réussie ?
La mixité canine est importante car un chien ne connaît au départ que ses frères et sœurs, ses parents. Il ne fait pas le lien avec une autre race.  Dans l’imaginaire collectif il existe des à priori totalement faux. Par exemple les chiens très puissants sont souvent perçus comme étant potentiellement dangereux alors que d’autres plus petits paraissent totalement inoffensifs. La mixité confronte toutes les races mais l’animal est aussi confronté à toutes sortes d’humains, c’est de cette manière qu’ils se socialisent. Chez nous la mixité sociale existe aussi,  toutes les catégories sociales sont représentées, il n’y a pas de clivage social. Les tarifs sont accessibles volontairement. Nous avons fait des choix humains et solidaires. Nous tenons à ces valeurs.

crocs-malins2

Qu’est-ce que la socialisation ? Y-a-t-il des étapes ?
Le chien doit connaître les codes canins. Ils doivent être capables de vivre à plusieurs dans un même périmètre, sur un terrain, et de vivre avec ses congénères. Il y a bien sûr plusieurs étapes. Avant 4 mois, le chiot passe par une étape de découverte où il se confrontera sans problème toutes les nouveautés. Il va tout tester. Ensuite, il peut se mettre à avoir peur de tout, notamment de ce qui lui est inconnu,  alors que jusque-là, rien ne l’effrayait. A 6 mois environ c’est l’adolescence. Il cherche sa place dans la meute. Il y a toujours une hiérarchie entre eux, même si elle est parfois difficile à saisir. Il y a également un positionnement dans la famille. En général c’est l’homme qui est reconnu comme chef de meute, ou la femme par substitution. Chez les enfants, le chien reconnaîtra plus facilement l’autorité du garçon. Attention à l’âge, car l’adolescence chez le chien est proportionnellement plus rapide que chez l’humain, le chien mûrit  plus vite que l’enfant et peut alors chercher à dominer l’enfant. Ce sont des phases où il faut rester vigilent.

Parlez-nous de la notion de récompense et de punition ?
Il faut surtout favoriser un comportement positif et agir à bon escient. Il faut que le chien ait bien compris à quoi correspond la récompense. La récompense indique au chien qu’il a bien compris ce que l’on attendait de lui. Elle peut prendre diverses formes, le ton de la voix, le câlin, la récompense friandise en font partie. La voix est le premier marqueur. Le comportement est important car le chien ne parle pas notre langue. Il communique avec des postures. A nous de lui parler d’une façon qu’il sera susceptible de comprendre, en  associant une posture avec ce que l’on veut qu’il fasse. Le chien a toujours besoin de références claires. Pour ce qui est de la punition, il vaut mieux parler d’intonation de la voix, en allant de la plus neutre à la plus aiguë (félicitations), la plus grave étant réservée pour manifester notre mécontentement. En effet, la grosse voix est  assimilable à un grognement animal. La hausse de ton est  un premier degré de punition, mais la punition suprême sera de l’isoler. Parfois on peut aussi lui administrer un petit tapotement sur le nez.  Mais dans tous les cas ne jamais user de violence.

Quelle est votre approche et quelles valeurs défendez-vous ?
Nous sommes différents des clubs qui existent, notamment ceux où il y a un sport ou une discipline, avec un esprit de compétition, ou d’ailleurs le chien ne se retrouve pas forcément. Le chien devient alors l’instrument du bon plaisir de son maître. En ce qui nous concerne nous privilégions l’approche de découverte, celle qui est à la portée du chien mais aussi du maître. Nous voulons démontrer qu’avoir un chien cadré est possible. Le but n’est pas lucratif mais mis au service de l’animal et du maître. Par ailleurs nous travaillons en liberté. L’éducation est familiale. Nous acceptons aussi les personnes qui émettent le souhait de passer dans le domaine de l’apprentissage, donc qui veulent devenir éducateurs. Le but est de partager nos expériences et savoirs, de mettre en commun. Nous encourageons aussi les personnes à suggérer, proposer… telles que des sorties, des balades, un repas… l’ambiance est très conviviale. Même au sein du CA il n’y a pas une seule et unique personne qui décide. Le président ne peut rien faire tout seul. On ne veut pas que les Crocs malins ressemble à une entreprise, nous voulons une réelle association avec des prises de décisions collégiales. Et cela se passe toujours très bien. Nous sommes en convergence. On discute jusqu’à ce que l’on s’accorde. Quant à nos valeurs nous insistons beaucoup sur le partage, l’amitié, l’entraide, la solidarité, le respect des gens, des chiens, des lieux, bref de tout et de Tout le monde.

Comment fonctionnent les cours ?
Il faut faire une demande  à partir du site internet. Cette première démarche de la part du maître est importante à nos yeux.  Il faut que les chiens soient couverts par une assurance de responsabilité civile, pucés, vaccinés. Les deux premiers cours sont gratuits car ils permettent de voir si l’esprit et la méthode conviennent et si, ensuite, on va pouvoir gérer le chien. Il existe de rares cas où ce n’est pas possible, car un animal peut parfois avoir besoin d’un encadrement plus spécifique supervisé par un vétérinaire comportementaliste, avant d’intégrer une structure où il pourra s’épanouir socialement. Sinon, nous proposons des forfaits de 5 et 10 cours. Le futur adhérent doit vraiment être dans l’esprit de l’association. C’est important. Nous ne cherchons pas à avoir un nombre important d’adhérents, ce qui importe c’est d’avoir réellement la mentalité « asso » car on ne s’inscrit pas à des cours mais à une association. Sinon, nous travaillons selon plusieurs axes, avec des cerceaux, des tunnels, on essaie de recréer des situations de la vie courante. Les cours ne sont pas stéréotypés. Nous sommes 4 éducateurs à intervenir, tous bénévoles et titulaires d’un certificat de capacité délivré par la préfecture. Lorsque bous débutons un cours, nous avons toujours une idée de ce que l’on veut faire mais ensuite, selon l’évolution du cours, nous nous adaptons. Nous formons des groupes pour travailler en fonction des attentes et des besoins de chacun. Il est important d’arriver demi-heure avant le début du cours pour que le chien joue et puisse ensuite pleinement profiter des cours.

Si vous deviez donner un conseil, quel serait-il ?

Ne pas hésiter à sortir son chiot dès son plus jeune âge et lui faire connaître toutes sortes de situations et d’environnements et surtout de continuer toute sa vie.

Pour contacter l’équipe des Crocs malins : http://www.crocsmalins.fr/

Educateurs