Les vertus du citron – un bienfait pour la santé

Depuis les temps anciens, les plantes ont joué un rôle essentiel dans les traditions de guérison de nombreuses cultures. Certaines peuvent échapper à notre compréhension, dans notre société occidentale moderne, mais en matière de santé pour les petits maux de tous les jours, ou à titre prophylactique, leurs vertus  restent aussi valables que par le passé. Après la chute de Rome, la tradition herboriste n’a pas été complètement submergée par l’arrivée du Moyen Âge. Les «barbares» ont apporté avec eux leurs coutumes de guérison à base de plantes qui, ajoutées aux pratiques romaines, ont traversé le temps et ont été entretenues par le christianisme, laissant place à un échange considérable de pratiques entre deux médecines sur la base de remèdes éprouvés et testés.

Tout au long du Moyen Moyen Age, l’Eglise a joué un rôle important à la fois dans la culture des jardins botaniques et dans l’introduction de nouvelles plantes. Avec l’avènement de l’imprimerie, la diffusion des connaissances classiques ont traversé les générations, depuis les confins des cloîtres, pour compléter la médecine populaire et les plantes médicinales utilisées à la maison.  Notre pharmacopée actuelle est le digne héritage de ces pratiques ancestrales. Dans leur ensemble, les plantes sont à considérer avec sérieux, y compris celles paraissant familières, anodines ou sans danger ;  chacune ayant des propriétés qui, selon la partie utilisée ou en combinaison avec d’autres, peuvent parfois générer des effets non dénués de conséquences. Elles ont leur utilité mais s’appliquent à des cas précis. Pour certaines, un surdosage peut s’avérer dangereux voire mortel. Attention donc à l’automédication. Il est utile de bien se documenter ou de demander conseil auprès de professionnels. Plus à notre portée et à l’écart de toute chimie complexe, plantes de jardin, condiments, plantes aromatiques, légumes et fruits peuvent agrémenter nos plats quotidiens et être source de réels bienfaits. C’est le cas du citron et du citron vert Les premières utilisations du citron autour de la Méditerranée font état de son existence sous forme de plante ornementale dans les jardins. Le suivi de l’évolution du citronnier depuis son origine à Assam, situé au Nord-Est de l’Inde,  jusqu’au nord de la Birmanie puis en Chine, ou encore à travers la Perse, le monde Arabe, la Méditerranée, s’avère difficile en raison du potentiel d’adaptation parfois complexe du citron à l’hybridation, une réelle source de tracas pour les horticulteurs (Les variétés ne s’acclimatant pas forcément à une nouveau sol). Ilaria Gozzini Giacosa affirme dans son livre A Taste of Ancient Rome (Histoire du goût pendant la Rome antique, consacré à plus de 200 recettes testées et réadaptées à nos goûts contemporains), que les Romains ont développé le citron. Cette version semble contestée puisque l’expansion du citron autour de la Méditerranée, serait due aux Juifs, avant le christianisme.  Les citrons étaient alors plus gros, dotés d’une peau plus épaisse et peu juteux. En réalité, les anciens confondaient orangers et citronniers. Ni les Latins ni les Grecs n’avaient donné à ces arbres de nom particulier. Ils nommaient le citronnier malum citreum ou persicum et l’oranger  malum medicum ou malum Hesperidum (par référence au jardin des Hespérides). Bien qu’il existe des représentations de fruits d’agrumes sur les mosaïques romaines à Carthage et sur les fresques de Pompéi qui, faisant penser aux oranges et aux citrons, cette preuve iconographique n’a jamais été véritablement étayée et explorée par un paléo-botaniste, ni fait l’objet de témoignages littéraires, ce qui suggère que les artistes ont soit importé les fruits, soit  vus ailleurs.

Les bienfaits du citron tels que nous les connaissons aujourd’hui Bien que les citrons  ne fassent pas partie de nos collations favorites pendant les pauses, nous lui reconnaissons des vertus ou une puissance gustative qui fait ressortir la saveur des autres aliments. Ils sont disponibles tout au long de l’année, mais le meilleur de la saison se situe autour de Mai, Juin et Août pour atteindre son apogée en Octobre. Les citrons sont des phytonutriments* avec effets antioxydants et bactéricides. Ils contiennent des composés flavonoïdes uniques qui ont des propriétés antioxydantes. Avec un intérêt particulier pour le citron vert et les  flavonoïdes qu’il contient, appelés glycosides de flavonol, ainsi que le kaempférol (un flavonoïde de type flavonol que l’on trouve à l’état naturel dans le pamplemousse, les fraises, les brocolis et les épinards, les choux…). Dans plusieurs villages de l’Afrique de l’Ouest frappés par les épidémies de choléra, on a constaté que l’apport de jus de citron vert pendant le repas principal avait réduit les contractions spasmodiques provoquées par la maladie. Les chercheurs ont rapidement commencé à expérimenter l’ajout de jus de citron à la sauce mangée avec le riz, et constaté qu’il avait un fort effet protecteur contre le fléau lui-même.

Un effet antioxydant En plus de leurs propriétés en tant que phytonutriments uniques, les citrons et les citrons verts sont une excellente source de vitamine C, l’un des antioxydants les plus importants dans la nature et présent dans les aliments. L’acide ascorbique ou vitamine C, est soluble dans l’eau, sensible à la chaleur et à l’oxydation par l’air. Cet antioxydant de choix limite les effets destructeurs des radicaux libres, lesquels peuvent endommager les vaisseaux sanguins, notamment en favorisant l’accumulation de mauvais cholestérol (LDL) dans les parois des artères ou en interagissant avec les cellules saines de l’organisme, en endommageant leurs membranes, causant beaucoup de l’inflammation, parfois douloureuses, dans le corps. C’est l’une des raisons pour lesquelles la vitamine C s’est révélée utile dans les symptômes de l’arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde…  La vitamine C a également une action sur les fibres de collagène et augmente la production d’élastine de la peau. Elle participe à la régénération des cellules et lutte contre le vieillissement. En raison de la multitude de ses bienfaits pour la santé, il n’est pas surprenant que la recherche ait indiqué que la consommation de légumes et de fruits riches en ce nutriment soient une clé de l’alimentation saine pour faire face aux maladies cardio-vasculaires, accidents vasculaires cérébraux et le cancer. A elle seule elle ne peut pas tout guérir mais représente une excellente préconisation parmi d’autres dans le cadre de notre hygiène de vie.

Le Citron optimise notre santé Au même titre que d’autres agrumes, notamment riches en limonoïdes*  et en flavonoïdes*, le citron jouerait un rôle dans la prévention de certains types de cancers, ou même en ralentirait la progression, dont ceux de la bouche, de la peau, du poumon, du sein, de l’estomac et du côlon. Les scientifiques de l’US Agricultural Research Service (ARS) ont montré que notre corps pouvait facilement absorber et utiliser un limonoïde ayant une action sur le long terme, appelée limonine,  présente dans les agrumes tel que le citron. Dans l’étude ARS, 16 volontaires ont reçu une dose de glucoside limonine dans des quantités équivalentes variant de 1 à 7 verres de jus d’orange. Des tests sanguins ont montré que les limonines étaient présentes dans le plasma de tous les patients, à l’exception d’un sujet, avec des concentrations plus élevées dans les 6 heures qui suivaient la consommation. Les traces de limonine étaient encore présentes dans 5 des bénévoles 24 heures après la consommation! La biodisponibilité et la persistance de limonine permettent d’expliquer pourquoi les limonoïdes d’agrumes peuvent empêcher les cellules cancéreuses de proliférer. L’équipe ARS étudie actuellement les effets potentiels de la limonine sur le cholestérol. Les tests de laboratoire indiquent que les cellules de foie humain produisent moins de ApoB (Apolipoprotein B) lorsqu’ils sont exposés à la limonine. L’ApoB est une protéine de structure qui fait partie de la molécule de cholestérol LDL et qui est nécessaire pour la production de LDL, le transport et la liaison. Des niveaux plus élevés de l’ApoB se traduisent par des niveaux élevés de LDL (mauvais cholestérol).

Une protection contre la polyarthrite rhumatoïde Tandis qu’une étude suggère qu’une supplémentation à forte dose de vitamine C serait source d’arthrose (forme d’arthrite dégénérative survenant avec l’âge), une autre indique que les aliments riches en vitamines C, comme les citrons et les citrons verts, fourniraient une protection contre la polyarthrite inflammatoire, une forme de polyarthrite rhumatoïde impliquant deux ou plusieurs articulations. Les résultats, présentés dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases, dont l’étude a porté sur plus de plus de 20.000 patients, démontre que les sujets consommant de faibles quantités de vitamine C étaient trois fois plus susceptibles de développer de l’arthrite que ceux consommant de plus grandes quantités.

Les diverses propriétés du citron Ses bienfaits sont multiples, il est tonique, stimulant, fébrifuge, bactéricide, carminatif, vermifuge, astringent, antiseptique, désaltérant, antiscorbutique, anti-anémique, hémostatique, anti-rhumastismal, antigoutteux, tonique veineux, hypotenseur, dépuratif et, de plus, on lui reconnait un rôle immunitaire. L’objectif principal du système immunitaire étant de nous protéger contre la maladie, un peu de vitamine C prise en période hivernale sera utile pour renforcer l’organisme en cas de rhume, de grippe ou d’infections récurrentes de l’oreille.

Ses principales utilisations Les maladies infectieuses, l’anémie, l’inappétence, les rhumatismes, la goutte, la lithiase urinaire, la dyspepsie, l’insuffisance hépatique, l’artériosclérose, l’hypertension, l’obésité, l’hémorragie, les parasites intestinaux, la beauté de la peau.

Les différentes variétés de citrons De forme ovale, les citrons disposent d’une peau extérieure texturée.  Comme les autres agrumes, leur chair intérieure est cloisonnée en huit à dix segments. Les citrons, scientifiquement connus sous le nom de Citrus limon, sont des fruits qui évoquent souvent des lieux baignés par le soleil et les citronnades /limonades sirotées par les petits et les grands pendant l’été. Sans oublier les adeptes du fruit pour les préparations culinaires au nom de toutes ses bonnes vertus. Alors que la plupart des citrons sont acides et astringents, ils sont aussi étonnamment rafraîchissants. Les deux principaux types de citrons acides sont l’Eureka et le Lisbonne. L’Eureka a généralement la peau plus texturée, une extrémité un peu allongée et peu de pépins, tandis que le Lisbonne a une peau plus lisse, pas d’extrémité marquée, donc une forme plus arrondie, et est généralement sans pépins. Mais il existe aussi quelques variétés qui sont douces au goût. Un exemple notable est le citron Meyer qui est de plus en plus populaire sur les marchés et dans les restaurants. Les Citrons verts sont de petits agrumes, Citrus aurantifolia, dont la peau et la chair sont de couleur verte . Ils ont une forme ovale ou ronde avec un diamètre compris entre quatre et six centimètres. Ils sont soit acides, soit sucrés. Il existe deux variétés de citrons verts acides, le tahitien et le Key lime. Parmi les citrons verts de Tahiti, on distingue le persan en forme d’œuf et un plus petit, sans pépins. Les citrons verts Key (Key lime), sont utilisés pour des tartes portant leur nom, ils sont plus petits et plus acides que la variété de Tahiti. Une des astuces pour trouver un bon citron de qualité est de choisir celui qui a une peau plutôt mince puisque ceux avec des pelures épaisses ont moins de chair et sont moins juteux. Par conséquent, choisissez des citrons qui sont lourds pour leur taille et qui ont une texture finement grainée. Ils doivent être de couleur jaune uniforme car ceux qui avec des reflets verts sont plus acides par manque de maturité.

Leur conservation Les citrons restent frais,  environ une semaine, s’ils sont conservés à température ambiante, loin de toute exposition au soleil. Si vous ne les utilisez pas pendant ce laps de temps, vous pouvez  les stocker dans le bac à légumes du réfrigérateur où ils se conserveront pendant environ quatre semaines. Le jus de citron et le zeste peuvent également être stockés pour une utilisation ultérieure. Versez le jus de citron fraîchement pressé dans des bacs à glaçons jusqu’à congélation, par la suite vous pourrez  les stocker dans des sacs en plastique dans le congélateur. Le zeste de citron séché doit être stocké dans un endroit frais et sec dans un récipient en verre hermétique. Pour les citrons verts, choisissez-les fermes et lourds, sans trace de pourriture ou de moisissure. Ils doivent avoir une peau brillante et être d’un vert foncé. En mûrissant  ils deviennent un peu plus jaunes. Leur saveur est à son maximum tant qu’ils restent verts, il est idéal pour les tartes. Ceux avec des taches brunâtres doivent être évités puisque cela peut être une indication de «brûlure», qui peut altérer leur goût avec sensation de moisi. On les trouve sur les marchés tout au long de l’année, mais il y a davantage de choix de la mi-printemps à la mi-automne. Ils peuvent être conservés à la température de la pièce où ils resteront frais pendant une semaine. Assurez-vous de les éloigner de l’exposition au soleil, car il les ferait jaunir et modifierait leur saveur. Ils peuvent être stockés dans le bac à légumes du réfrigérateur, enveloppé dans un sac plastique scellé de façon lâche, où ils vont rester frais pendant environ 10-14 jours. Bien qu’ils puissent être conservées plus longtemps, pendant plusieurs semaines, au delà de cette période ils vont commencer à perdre de leur saveur caractéristique. Le jus de citron vert (lime) et le zeste peuvent également être stockés pour une utilisation ultérieure. Procédez comme pour le citron jaune.

Conseils pour la préparation et la cuisson Citrons et limes (citrons verts) sont souvent intégrés dans les recettes sous forme de jus. Comme ils vont produire davantage de jus quand ils sont dans une atmosphère chaude, pressez-les quand ils sont à température ambiante ou bien placez-les dans un bol d’eau chaude pendant plusieurs minutes. Roulez-les ensuite avec les paumes de vos mains sur une surface plane, ce qui aidera à en extraire plus de jus. Avant de couper le citron ou le lime en deux, horizontalement par le centre, lavez la peau de sorte que toute la saleté ou les bactéries résidant sur ​​la surface ne soient pas transférées à l’intérieur du fruit. Attendez d’avoir complètement pressé le citron avant de retirer les pépins, car il y a forcément quelques graines, plus petites, qui ne sont visibles qu’en fin de pressage. Le jus peut être extrait de diverses manières. Soit à l’aide d’un presse-agrumes, ou à l’ancienne, en le serrant dans votre main. Si votre recette demande des zestes de citron ou de lime, assurez-vous que vous utilisez des fruits biologiques pour éviter tous résidus de pesticides sur leur peau. Après le lavage et le séchage du citron ou du lime, utilisez un « zesteur », un couteau à légumes ou un couteau éplucheur pour prélever le zeste, autrement dit la partie colorée de l’écorce. Assurez-vous de ne pas enlever trop de peau pour ne pas ramener la peau blanche amère qui ne doit pas être utilisée. Le zeste peut alors être finement haché ou en menus morceaux. Par ailleurs, les citrons et citrons verts peuvent être cirés pour les protéger des chocs pendant le transport. Assurez-vous qu’ils soient sans traitement après récolte. La cire végétale est la plus commune mais d »autres composés, tels que l’alcool éthylique ou l’éthanol, sont parfois ajoutés aux cire, etc…. Puisque vous n’êtes pas en mesure de déterminer la source de ces cires, optez pour des citrons biologiques.

Quelques idées pour en profiter – Avec le poisson : placez les citrons en fines tranches, préalablement épluchés, et disposez-les en dessous et autour du poisson avant la cuisson. Les cuire ou les griller va adoucir les tranches de sorte qu’ils pourront être consommés avec les poissons. – En accompagnement dans une salade : mélanger le jus de citron avec de l’huile d’olive ou de l’huile de colza, de l’ail fraîchement écrasé et du poivre pour faire une salade légère et rafraîchissante. Si vous devez limiter votre consommation de sel (ou si vous n’en mettez pas), l’acidité du citron dans vos aliments fera un excellent substitut de sel. – En boisson : mélangez le jus de citron vert (lime) fraîchement pressé, avec du  jus de canne à sucre évaporé et de l’eau nature ou à bulles pour faire de la limonade. – Pour un dîner rapide et plein de saveurs mélangez du riz brun cuit avec des petits pois, des morceaux de poulet, des oignons nouveaux, des graines de citrouille ou de courge, le jus d’un citron vert et son zeste. – En entrée, pressez le jus d’un citron vert sur un quart d’avocat et mangez-le tel quel.

Quelques précautions à connaître Il vaut mieux éviter de consommer du citron ou du citron vert, ou leurs jus, en même temps que des médicaments antiacides. Certains agrumes augmentent l’absorption de l’aluminium contenu dans les antiacides. Cela ne signifie pas s’en priver mais observer un temps de prise entre les deux (environ 3 heures entre la prise d’antiacides et les fruits citrins). Attention également pour les personnes souffrant de reflux gastro-oesophagien, de hernie hiatale en phases aiguës. Les aliments citrins peuvent causer une irritation de la muqueuse de l’oesophage ou des brûlures épigastriques.

Vitamines et minéraux contenus dans le citron et le citron vert De la vitamine C, du cuivre et du fer. Sa pulpe contient de nombreux oligo-éléments (magnésium, calcium) et de l’acide citrique aux propriétés antiseptiques.

En esthétique pour la peau Le citron est un excellent agent éclaircissant, il entre dans la composition de certains produits de soins et de toilette. Il peut vous aider à gommer les taches sombres sur la peau, il suffit d’en extraire le jus, puis de l’appliquer sur les zones à problèmes à l’aide d’un coton propre. Merci à ses acides naturels ! Pour un meilleur résultat, répétez l’opération deux fois par jour.

Et pour terminer avec un sourire, sachez que vous pouvez soigner la blancheur de vos dents en mordant régulièrement dans une rondelle de citron. En effet, quoi de plus gracieux et de plus charmant qu’un franc sourire lorsqu’il dévoile de belles dents bien blanches.

NMS

  (*) – Le terme « phytonutriments » désigne donc des nutriments qui se trouvent dans les végétaux        – Les principaux limonoïdes que renferment les agrumes sont la limonine et la nomiline. On les retrouve principalement dans les pépins et le jus. Les limonoïdes possèdent une certaine capacité antioxydante        – Les Flavonoïdes sont des composés antioxydants permettant, entre autres, de neutraliser les radicaux libres  Liens : La fête du citron à Menton