Portraits croisés de Alain Richard et Jean-Baptiste Libouban

Reportage réalisé par Christian MORETTO et Jean-Pierre BARO

Interview effectuée à l’occasion de la présentation-débat du film de Gil Corre « les cercles du silence ». 

Portrait croisé de deux humanistes complices dans leurs luttes non violentes… Alain RICHARD, initiateur des cercles du silence* et Jean-Baptiste LIBOUBAN, initiateur des faucheurs d’OGM.

Alain Richard est Ingénieur Agronome de formation mais il entre en 1947 au Noviciat franciscain. Son parcours atypique et pour le moins international le guidera tout d’abord chez un architecte urbaniste avant de rejoindre un slum à Chicago. Il y travaillera six années durant comme travailleur industriel « à la journée », le plus souvent envoyé dans des usines métallurgiques.
Fin 1979 la Province franciscaine de l’Ouest des USA l’invite à venir à Oakland (Californie). Il travaille pendant 3 ans dans une usine de fabrique d’abats-jour, puis vit d’un artisanat d’icônes qui lui donne la flexibilité de répondre à des ministères de paix.
En 1983 il participe au démarrage d’une équipe des Brigades Internationales de Paix au Guatemala et six ans plus tard il vit en communauté à Las Vegas, Nevada, où il participe à la fondation de Pace e Bene, un service franciscain de non-violence et de critique de la culture. Il participe au démarrage d’équipes de P.B.I. : Sri-Lanka, N.E. Canada, Haïti, et anime des sessions et retraites aux USA, ainsi que dans plusieurs pays latino-américains et en Australie.

Fin 1998 il revient en France, et vit depuis dans la communauté de Toulouse. Accompagnements spirituels, comités de paix ou de non-violence, conférences, sessions, retraites en rapport avec la violence, la non-violence, les peurs …. et plus largement sur les relations humaines et la Trinité, prennent une large part de mon temps. .
L’urgence du travail pour la paix continue de l’habiter. La non-violence lui apparaît le moyen le plus conforme pour que la paix grandisse. Sa vie de franciscain y est de plus en plus à l’aise.

*  Le mouvement des cercles de silence a été lancé en 2007 pour « protester contre l’enfermement systématique des sans-papiers dans les centres de rétention administrative en France. Il s’est étendu à plusieurs villes et a été relayé par plusieurs associations telles que la Cimade ou Réseau éducation sans frontières. Les cercles de silence se décrivent comme regroupant « tous les courants de pensée et ouverts à tous « .

Livres :
Roots of Violence in the U.S. Culture (Blue Dolphin) 1999
Piliers pour une culture de non-violence (L’Harmattan) 2001
Une vie dans le refus de la violence (Albin Michel) 2010
En Dieu il n’y a pas de violence, en collaboration avec Frédéric-Marie Le Méhauté et Katia A.Mikhaël (Bayard) 2013


 

Jean-Baptiste Libouban est né à Paris dans une famille d’origine bretonne (de Plougrescant). Il vit depuis de nombreuses années dans la communauté de l’Arche de La Fleyssière, où il mène une vie très simple.

Il participe à plusieurs actions non-violentes : contre la fabrication de la première bombe atomique française (site de Marcoule), contre l’extension militaire du plateau du Larzac, aux côtés des Kanaks en Nouvelle-Calédonie, contre les deux guerres du Golfe, contre la guerre en Irak (jeûne à New York).

Il est également un des initiateurs du mouvement des « Faucheurs volontaires », dont il a appelé à la création lors du rassemblement du «Larzac 2003 ». Il a également participé à de nombreux fauchages et a été condamné par la cour d’appel de Toulouse pour une action de destruction de parcelle de maïs transgénique  perpétrée en 2004 à Menville, dans le département de la Haute-Garonne. La cour de Cassation condamne le condamne, lui et sept autres accusés, à payer solidairement 9 000 euros à trois sociétés.

Auteurs d’articles il publie notamment :

Jean-Baptiste Libouban, Les Communautés de l’Arche : « Plutôt que de prêcher, mieux valait agir« , Non-violence Actualité,‎ 1990
Jean-Baptiste Libouban,  Éthique ou manière d’agir, Alternatives non violentes,‎ 1996
Jean-Baptiste Libouban, Lanza del Vasto : Éveilleur et combattant, Alternatives non violentes,‎ 2001
Jean-Baptiste Libouban, Une initiative féconde : Jeûne à la porte de l’O.N.U., Cahiers de la Réconciliation,‎ 2004
Jean-Baptiste Libouban, Préparation corporelle à la non-violence active, Alternatives non violentes,‎ 2006
Jean-Baptiste Libouban, Le Jeûne, action civique, article posté sur le site Construire un monde solidaire en avril 2006 [lire en ligne (page consultée le 19 mars 2008)]

Filmographie

La guerre n’est pas la solution, elle est le problème : Le sens d’un jeûne, un film de Louis Campana